Marin-Hervieux

Baroque en pays de Redon

Concert de musique baroque revisitée par des musiciens ancrés en pays de Redon et ouvert à tout !

Une histoire de confinement

L’histoire du projet commence pendant le 1er confinement. En ce printemps 2020, Vincent Marin, talabardeur au jeu fin et personnel, poste sur les réseaux sociaux des vidéos où il fait découvrir la bombarde dans un registre peu habituel, celui de la musique baroque. Il repère des virtuoses du clavecin et joue par dessus. « C’était un plaisir personnel au départ, un challenge, de chatouiller des pièces complexes comme « les Sauvages » de Rameau, pourtant pas spécialement adapté au hautbois » 

Quelques mois plus tard, le Groupement Culturel Breton décide de valoriser cette idée en lui proposant de participer au concert de la 45ème Bogue d’Or et de travailler avec Wenceslas Hervieux, pianiste, organiste, accordéoniste, qui pour l’occasion veut bien se mettre à l’épinette (petit clavecin) : « Cette expérience dans l’univers baroque est de celles qui me stimulent. J’adore me frotter à d’autres culturels musicales pour y confronter les airs traditionnels vannetais-gallo » 

Le duo prépare alors 4 pièces qu’ils interprètent dans l’abbatiale Saint-Sauveur de Redon (35), ce 24 octobre 2020. Le public fait une ovation dès le 2nd morceau. Impressionnés par tant d’adhésion de l’assemblée, les deux compères annoncent qu’ils n’en resteront pas à ce court programme.

En décembre, ils s’engagent vers un programme de 45 minutes commandé par le festival de la Pomme d’Orange qui se déroule autour de Noël à Peillac (56). L’édition 2020 n’a malheureusement pu avoir lieu à cause de la pandémie. A défaut, le duo continue de poster des vidéos de leurs créations sur le net :

Les musiciens

Vincent Marin pratique la bombarde depuis son plus jeune âge, découvrant dans ce hautbois millénaire la richesse de la musique traditionnelle et populaire. C’est au contact et à l’écoute du regretté Christophe Caron, joueur de bombarde reconnu et admiré, que Vincent a d’abord influencé sa technique instrumentale et puisé son inspiration artistique. Très tôt, Vincent travaille des pièces pour hautbois de Bach à la bombarde et développe une technique personnelle et originale de la maîtrise du souffle et de l’expressivité. Soucieux de montrer que cet instrument n’est pas si rustique qu’il n’y parait et que son expressivité permet d’aborder des répertoires variés, Vincent inscrit sa démarche dans une musique traditionnelle vivante et plurielle puisant ses inspirations dans des influences aussi bien jazz, classique que dans la musique du monde. Reconnu comme joueur de bombarde atypique, Vincent a joué au sein des groupes Bleizi Noz (album Bleizi Noz en 2002), Esquisse (album Et Alors en 2002 et Dual en 2007) et recrée, 15 ans après le décès de Christophe Caron, le duo Hommage à Burn’s Duo avec l’accordéoniste Ronan Robert. 

Wenceslas Hervieux débute très tôt le piano au Centre Culturel Ti Kendalc’h à Saint-Vincent-sur-Oust (56). Il fait parallèlement son apprentissage de la musique en accompagnant les chants à la messe ou bien en composant des petites pièces pour piano. Alors étudiant rennais en musicologie, il acquiert son premier accordéon touches piano et complète ainsi ses techniques et répertoires liés aux claviers piano – musiques traditionnelles notamment.
Reconnu comme compositeur et arrangeur, sa “marque de fabrique” est l’invention de musique construite sur la fusion entre la monodie bretonne et des modèles “exotiques” d’accompagnement de musique populaire, tantôt balkanique (Savaty Orkestar, créé en 2008 au Nouveau Pavillon), tantôt cajun (Gallo Gumbo, créé en 2013 à l’occasion d’échanges culturels entre la Louisiane et la Bretagne), voire funk-jazz (L’Happy Noir, fanfare tradi-rock créée en 2017).
A l’orgue il est en compagnie d’Erwan Hamon à la bombarde, ou du trio Hervieux-Mahé, biniou-bombarde-voix. Il développe aussi une écriture spécifique pour le piano en musique traditionnelle dans le duo Chauvel-Hervieux, Le Couple.

Le pianiste révèle un éventail impressionnant de connaissances musicales, qui s’étend du jazz à la chanson française, en passant par le blues, le rock, le glam-rock, à la musique classique, comme dans une espèce de piano-bar déjanté ou une version de salon bourgeois en folie… par moment on entend Kurt Weill, ou Elton John, ou du boogie-woogie, ou du ragtime ; par ici Khachaturian, là du Bartok ou du Kodaly… ce qui surprend c’est l’énergie débordante de l’accompagnement au piano de Wenceslas, des arrangements qui deviennent par moments quasi orchestraux ; ça fait presque peur, tant c’est passionné (notamment en concert) ! mais c’est carrément assumé. Mike James – Musique Bretonne oct./nov./déc. 2020

Discographie sélective :
Si vous dormez ; prod. Coop Breizh 2013
Le sauveur des âmes / Salver an eneoù ; prod. La Butte de la Lune 2017
Dis-moi-oui ou dis-moi non ; prod. Tradi-Woogie 2019

 

Site Internet : https://wenhervieux.com/

Les sources et les ressources

Le duo s’inspire de compositeurs essentiellement français de la période baroque et y voit les liens musicaux avec les chansons du répertoire breton, venant de cette époque pour certaines.
Citons :
• Louis-Claude Daquin pour son Noël X que l’on retrouve chanté dans le pays de Redon mais également sur toute la France.
• Une marche pour la cérémonie des jeunes filles, clin d’œil à la fois à Lully et à une chanson bien connue en pays de Redon « c’est entre vous mes jeunes filles »
• Une mascarade de Robert de Visé qui se « roumanise » et se voit ponctuée d’une mélodie au texte amusant du Morbihan.

Revue de presse

Printemps 2020 : Vincent fait un premier buzz sur Facebook

« Christophe Caron (…) m’avait profondément marqué par sa grande connaissance de la musique classique,son approche subtile de la bombarde. (…) Il arrivait à jouer cet instrument avec une sorte de fragilité, toujours sur le fil, capable de descendre bas et d’arriver à une expression intime. »

(Vincent) s’est attaqué à des partitions composées pour hautbois, en s’appuyant sur des vidéos trouvées sur le site Youtube. A commencer par « Les sauvages » de Jean-Philippe Rameau, interprété au clavecin par Jean Rondeau. « Ça sonne grave ! » Et ça a résonné dans les oreilles de milliers d’internautes : « J’ai plus de 11 000 vues sur ma page Facebook ! (…) Le lien a été repris par le Centre National de Musique Baroque de Versailles »

Automne 2020 : Vincent et « Wen » préparent leur premier concert

Remerciements

Maël Robichon pour avoir fabriqué l’épinette sur laquelle le duo fait ses répétitions et ses premiers concerts.
Gilbert Hervieux pour avoir suggéré la rencontre des deux compères sur ce nouveau terrain de jeu et le Groupement Culturel Breton des Pays de Vilaine pour avoir financé le premier concert du duo
• Les Infos du Pays de Redon, notamment Gwenaël Merret pour le premier article du duo
Laëtitia Rouxel pour les premières photos et le tout premier montage vidéo de la formule